Pourquoi la Mini Transat ?

Fan de sport

En 2010, je me suis cassé la cheville sur un terrain de rugby. Quelques vis, 2 mois de plâtre, et 3 mois de rééducation plus tard, j’avais fait un constat : impossible pour moi de ne pas vivre d’aventures sportives ! Tant que ma santé me le permettra, je me lancerai de nouveaux défis ! Que ce soit de la course à pied, du rugby, de la planche à voile, de la randonnée, ou de la voile j’ai plutôt la bougeotte, j’aime la découverte de nouveaux sports, et j’aime la compétition ! Ce n’est donc pas sans raison que je suis attirée par le défi sportif que représente la Mini Transat.

La Mini Transat : comme un virus ! 

Cela fait à peine 10 ans que j’ai découvert la régate, et ce n’est qu’une fois en école que j’ai pu m’y exercer un peu plus régulièrement. Mais le virus de la Mini Transat, je l’ai attrapé par le biais (la faute ?) d’un autre passionné : Tanguy Le Turquais ! Je l’ai en effet accompagné sur son projet de Mini Transat 2013 et me suis vite sentie très attirée par le monde de la Classe Mini et plus particulièrement par cette aventure de la Mini Transat. Après avoir suivi les courses de la Classe Mini pendant 4 ans, j’ai moi aussi très envie d’aller en découdre sur l’eau ! La chance que j’ai, c’est qu’après avoir aidé Tanguy sur la partie communication de son projet, j’aurai son appui pour la partie technique, n’est-ce-pas Tanguy ?!

Vivre ses rêves

J’ai toujours trouvé que les dictons du type  » il faut vivre ses rêves « ,  » se trouver soi-même » etc étaient un peu cucu la praline… je suis plutôt du style terre à terre et c’est surtout les objectifs concrets qui me parlent. Mais c’était sans compter sur une période de passage à vide en début d’année 2015… période pendant laquelle j’ai remis beaucoup de choses en question ! C’est comme ça que j’ai déménagé en Bretagne, et c’est aussi comme ça que j’ai décidé de me lancer sur mon projet de Mini Transat. Car après avoir gardé en moi cette douce idée de traverser l’Atlantique en solitaire, comme un rêve totalement irréalisable, j’ai décidé de me secouer un peu, et d’accueillir ce brin de folie avec joie !

clarisse cremer

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *